La Chasse


Par Alan Spade


*****


PUBLIÉ PAR

Emmanuel Guillot sur Smashwords

Copyright © 2011 – Editions Emmanuel Guillot


Smashwords Edition License Notes

This ebook is licensed for your personal enjoyment only. This ebook may not be re-sold or given away to other people. If you would like to share this book with another person, please purchase an additional copy for each person you share it with. If you're reading this book and did not purchase it, or it was not purchased for your use only, then you should return to Smashwords.com and purchase your own copy. Thank you for respecting the author's work.


*****



« Deux mois après le terrible attentat de l’académie de Narjeen, celui-ci vient d’être officiellement revendiqué par le Comité de Défense des Udaniens de l’Ouest. La tristement célèbre organisation terroriste stipule dans un communiqué que les "véritables Udaniens", je cite, continueront à mener ce type d’action tant qu’ils n’auront pas libéré leurs terres ancestrales de l’oppresseur colonial, fin de… » Un champignon rouge dont l’épicentre se situait à l’emplacement de l’ancienne académie se déployait irrésistiblement sur l’écran mural, liquéfiant les bâtiments alentour dans un rayon d’un kilomètre, tandis que la voix off de la présentatrice des actualités rappelait le bilan de la catastrophe. Nathan Simmons éteignit l’écran en poussant un profond soupir. Il ne connaissait que trop la réalité des chiffres : deux mille cinq cents Udaniens, colons et natifs d’Udan V mêlés avaient succombé lors de l’attentat. Parmi lesquels sa femme, Marlina. Ses boucles blondes, foncées à la racine, son petit nez mutin, ses joues roses pleines de vie et ses yeux verts rieurs aux longs cils avaient disparu pour toujours. Disparus aussi, ces doigts délicats qui massaient avec tant d’habileté l’espace entre ses omoplates après les pénibles journées de travail. Evanouies ces remarques impertinentes qui faisaient son charme – « on est ronchon aujourd’hui. Ton patron t’a passé un savon ? » –, ces conservations échangées à mi-voix dans la pénombre du lit conjugal. Calcinée cette peau si douce quand il lui faisait l’amour.

Previous Page Next Page Page 1 of 28