Interview with Suzanne Marty

When did you first start writing?
En 1979, le père Noël dépose devant mes chaussons un agenda perpétuel Sarah Kay bleu ciel avec une tranche dorée. Sur la couverture, un petit garçon en salopette en jean rapiécée embrasse une petite fille à l’abri d’un chapeau à pois.

Je trouve cet agenda tellement joli que je commence le jour même à y inscrire mes occupations au crayon à papier : sortie en patins à roulettes avec les copains, bataille de coussins, visite dans la famille ou chez le dentiste, nombre de fautes à la dictée, dessins animés vus à la télé, menu du goûter etc. Il y a trois lignes par journée et elles sont vite remplies.

J’écris pendant quelque temps, puis j’arrête pendant des mois. Au bout de deux ans, comme je manque de place pour m’exprimer, j’achète un vrai carnet, puis un autre…
How do you deal with writer’s block?
Quand je suis bloquée sur une histoire, je travaille sur une autre. Quand je suis bloquée sur toutes les histoires, j’arrête d’écrire et je me plonge dans celles des autres auteurs.
What motivated you to become an indie author?
La version précédente de "La rousse qui croyait au père-noël" a circulé pendant 18 mois chez une quinzaine d’éditeurs français. J’ai reçu une réponse encourageante de quelques uns, ce qui m’a incitée fin 2013 à écrire une nouvelle version.

J’ai opté pour l’autoédition car j’avais envie de choisir le titre de mon roman, sa couverture et son prix. Le fait que l’auteur indépendant reste propriétaire de tous les droits d’adaptation et bénéficie de droits d’auteur plus élevés ont été des arguments supplémentaires.

J’ai également pris cette décision parce que je parle l’anglais - ce qui est notamment nécessaire pour utiliser Smashwords - j’ai une formation commerciale, quelques connaissances en informatique…. et beaucoup d’amis !
Where did you get the idea for your most recent book ?
Le 30 décembre 2007, je suis dans un train vers Paris. Il fait nuit et je lis « Lunar Park » de Bret Easton Ellis. Les personnages ont des vies personnelle et professionnelle trépidantes, ils sont tous riches… et blasés. J’ai de grandes difficultés dans ma vie professionnelle, les éditeurs ont tous refusé mes premiers écrits, mes finances ne sont pas brillantes… et je suis pourtant pleine de rêves. Je pose le livre et je me demande si j’ai quelque chose d’intéressant à raconter à de futurs lecteurs. Le premier chapitre de "La rousse qui croyait au père-noël" me vient alors d’un coup…
What are you currently working on?
Je préfère ne parler de mes projets d’écriture que lorsqu’ils sont aboutis.
Published 2014-09-29.
Smashwords Interviews are created by the profiled author, publisher or reader.